FRANCE 22

21 mai 2018

L'ECOLOGIE selon HULOT...

HulotTANT QUE L'ON FERA AVANCER L'ECOLOGIE....

...je resterai....

Voilà le message que le Ministre a fait passer dans les colonnes de OUEST France du dimanche 20 mai.

De nos temps, il n'est guère facile d'endosser une armure de Ministre. Nous ne sommes plus à l'époque du Moyen Age. Venant de la société civile, Nicolas HULOT est arrivé à la tête de ce ministère, le plus grand sans doute après l'éducation, afin de mettre en musique une partition "présidentielle" en harmonie avec tous les "chanteurs de la République". Il s'est rendu compte des difficultés et au bout d'un an, il s'est habillé en "chef d'orchestre" de notre environnement. Parfois, la baguette semble ramolie au point que quelques violons se désaccordent et quelques trompettes nous paraissent d'un autre age. Qu'importe, on ne fait pas rouler un TGV à 400 km/h dès le premier essai; les boggies ont besoin d'expérience et d'expérimentations multiples. 

Néanmoins, il nous parait que le Ministre avance. Il avoue même que l'an passé, à la même époque, qu'il avait le sentiment de plonger dans "une rivière en crue". Mais que, ce temps relativement court, a permis de mieux jauger les difficultés permettant de les appréhender et les mettre dans l'axe, tout en écoutant les différents acteurs de la société pour "ne pas s'assécher et s'isoler". Certains, par facilité, ont préféré se jeter à bras raccourcis sur le cas ND des Landes, dans un sens ou dans l'autre, permettant ainsi à certaines oppositions de mieux se requalifier pour mieux se repositionner en opposant politique traditionnel. 

Une chose est sûre, l'exercice du pouvoir qu'il entreprend s'inscrit dans un temps politique différencié, celui du quinquennat limité à 5 ans et surtout celui du temps long de 10 à 30 ans, voire plus. Ce qui a tendance à générer des inquiétudes ou encore fourbir des menaces souvent contradictoires...Faut-il supprimer telles ou telles activités polluantes et mettre immédiatement au chômage des centaines de personnes? Ce sont ses propres mots et le dilemne s'empare souvent de sa conscience, nous en sommes certains. Nous l'avons constaté dans les débats sur les pollutions: le glyphosate et les perturbateurs endocriniens en particulier; "comment faire en sorte", dans ce tourbillon, que la science et la conscience se resynchronisent? En écologie, plus encore qu'en politique générale, on veut tous que le changement se fasse en profondeur, mais nous sommes tous rétifs quand le changement nous impacte directement. 

Pour l'avenir : Des leçons doivent être tirées en permanence. En amont des projets, il nous faut appliquer les principes de la démocratie participative, que l'on écoute et que l'on évalue sérieusement toutes les alternatives et, il réactive ce qu'il a déjà prononcé en janvier, lors de son discours des voeux :"souvent, les débats publics ne sont que des formalités ou des habillages pour entériner des décisions déjà prises". A cela, j'ajouterai ma touche personnelle où, étant commissaire-enquêteur, je fus souvent l'objet des mêmes reproches.

Au quotidien, comment faire en sorte que les citoyens se sentent vraiment concernés? Le Ministre affirme vouloir démocratiser l'écologie et la rendre accessible à tous, car elle n'est pas un truc de "bobo" mais une grande cause nationale. Dans sa "feuille de route" de janvier 2018, il citait notamment "faire entrer la modernité dans l'écologie et l'écologie dans la modernité". Vaste programme dirons les opposants traditionnels mais nous devons tous comprendre que la démarche engagée il y a un an aurait dû commencer dans les années 80 et ce n'est certainement pas en affirmant au monde entier que l'écologie est une "affaire de gauche"que l'on commencera à gommer toutes les erreurs que nous avons accumulées en 100 ans. La transformation sociétale est engagée, ne bridons pas celle-ci, mais plutôt faisons en sorte de l'accompagner. Notre jeunesse d'aujourd'hui, les forces vives de demain, ne nous le pardonnerai pas. Soyons des responsables écologiques.

L'écologie est l'affaire de TOUS et dans l'intérêt exclusif du citoyen 

Temps court ou temps long, Nicolas HULOT travaille dans l'intérêt de la société civile. Non seulement, nous devons lui faire confiance à travers sa "feuille de route", en évitant de la tronquer et en faire des confettis volants sans portée, mais l'accompagner, certes avec discernement, pour qu'enfin notre pays puisse justifier de sa volonté d'exemple comme ce fut le cas lors de la COP 21.

Puisse t-il réussir où beaucoup avant lui ont échoué..!

Pierre JUHEL

 

 

 

 

 

Posté par charlesantoine80 à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 mai 2018

BIENVENUE

F22 log 1002

Le MESSAGE de BIENVENUE

Chers amis lecteurs,

Le moment est venu de vous faire part de nos projets écologiques pour la France. 

C'est tout le sens que nous voulons donner à ceux-ci et que vous pouvez retrouver en cliquant, en fin de texte, sur le lien qui vous permet de comprendre la démarche proposée. 

Comme nous l'avons fait pour ECOLOGIE NORMANDE, association non politique, nous souhaitons impulser les énergies qui nous habitent pour parvenir à l'équilibre écologique dont la France a besoin. 

Faites-nous part de vos positions, de vos souhaits ou de votre participation à ce projet qui va s'inscrire durant des décennies, pour le bien de notre planète. 

Cordialement.

Pierre JUHEL

FR22_Appel_

 

 

Posté par charlesantoine80 à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]